generateur pdf

Natura 2000

Une part de l’Aubrac s’inscrit dans le plus grand réseau européen de sites préservés...

 

Natura 2000 : qu’est-ce que c’est ?

La démarche Natura 2000

Il s’agit d’un programme européen dont l’objectif est, au sein d’espaces bien ciblés (les sites Natura 2000), de montrer qu’il est possible d’adapter et surtout de maintenir des pratiques humaines tout en préservant la biodiversité.

Les sites ciblés ont été retenus en fonction de critères de rareté d’espèces et de milieux. Ces critères ont été définis par 2 directives européennes :

  • la Directive « Oiseaux » (DO), adoptée en 1979, visant la préservation de la diversité d’oiseaux, dont la protection de 181 d’entre eux,
  • la Directive « Habitats » (DH), adoptée en 1992, visant la préservation de la faune (autre que les oiseaux), de la flore et des habitats naturels. Parmi ces ensembles, 231 types d’habitats et 900 espèces animales
    et végétales ont été mis en avant pour leur intérêt communautaire.

Ainsi, au niveau européen, ce sont près de 27 000 sites qui ont été sélectionnés pour mettre en place des mesures de cohabitation entre la nature et l’Homme. En France, il existe 1746 sites Natura 2000 pour 6,9 millions d’hectares terrestres et 3,9 millions d’hectares marins.

Le programme Natura 2000 est cofinancé par le Ministère en charge de l’environnement et l’Union européenne dans le cadre du Fonds Européen Agricoles pour le Développement Rural (FEADER). L’Europe investit dans les zones rurales.

 

Natura 2000 en Aubrac

6 sites Natura 2000 sont inclus en tout ou partie dans le territoire de l’Aubrac.

Ils sont classés en 2 catégories :

  • les Zones de Protection Spéciale (ZPS) qui répondent à la Directive « Oiseau » :
    • les 2 sites des Gorges de la Truyère parties aveyronnaise et cantalienne,
    • 38 250 ha inscrits à Natura 2000 pour préserver l’un des principaux couloirs migratoires et sites de reproduction du Milan Royal en France,
  • les Zones Spéciales de Conservation (ZSC) qui répondent à la Directive « Habitats » :
    • les 3 sites du plateau de l’Aubrac : « Plateau central de l’Aubrac aveyronnais », « Plateau de l’Aubrac » (en Lozère) et « Aubrac » (dans le Cantal). 33 275 ha ciblés pour la préservation des milieux et espèces liés au pâturage extensif et aux zones humides,
    • le site des cours d’eau du « Lot-Truyère-Goul ». 5 654 ha constitués des cours d’eau et de leurs rives pour préserver les habitats dit « rivulaires » (qui composent les rives) et les espèces rares d’eau vive.

Le Syndicat mixte de préfiguration et Natura 2000

Depuis 2015, après réponses aux sollicitations des collectivités locales concernées, le Syndicat mixte de préfiguration du PNR de l’Aubrac porte en propre l’animation de 3 des 6 sites Natura 2000 de l’Aubrac, à savoir :

  • les sites « Aubrac » dans le Cantal,
  • et « Lot-Truyère-Goul » et « Gorges de la Truyère » dans l’Aveyron.

En parallèle, le Syndicat porte le programme de contractualisation agricole Natura 2000 (le PAEC) sur le Nord-Aveyron. Il recouvre les 3 sites « Plateau central de l’Aubrac aveyronnais », « Lot -Truyère-Goul » et « Gorges de la Truyère (partie aveyronnaise) ».

Tout comme pour le site Natura 2000 Plateau central de l’Aubrac aveyronnais, dont le Projet de Parc (initialement sous sa forme d’association d’émergence puis sous sa forme de Syndicat mixte) assure l’animation depuis 2012 (convention avec le Syndicat des Communes de l’Aubrac Aveyronnais, porteur du site), il a été fait le choix de conserver le mode de fonctionnement initial de ces sites et ainsi de s’appuyer sur les compétences des structures locales. Les actions n’en sont que plus efficaces et plus précises.

Ainsi, le Projet de Parc travaille, grâce à des fonds européens couvrant 100 % des dépenses engagées, de concert avec 9 partenaires techniques et 1 partenaire administratif :

  • l’Office National des Forêts, - le Centre National de la Propriété Forestière
  • les Conservatoires Botaniques Nationaux Pyrénées Midi-Pyrénées et Massif central
  • le Conservatoire d’Espaces Naturels d’Auvergne
  • les Chambres d’Agriculture de l’Aveyron et du Cantal
  • la Ligue pour la Protection des Oiseaux Aveyron
  • Rural Concept
  • le Lycée Agricole de Saint Chély d’Apcher
  • la Fédération de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique du Cantal
  • et les Directions Départementales des Territoires de l’Aveyron et du Cantal

Auxquels s’ajoutent bien sûr les propriétaires et exploitants volontaires des terrains concernés par les actions menées.

 

ZSC Plateau central de l’Aubrac aveyronnais

Le site du Plateau central de l’Aubrac aveyronnais a été ajouté au réseau Natura 2000, en tant que Zone Spéciale de Conservation (Directive « Habitats » – DH) par un arrêté pris le 22 août 2006. Ce site aveyronnais, limitrophe de la Lozère et du Cantal, couvre une superficie de 7 081 ha située juste en aval de la ligne de sommets de l’Aubrac, sur les versants du Lot.

Ce site a été désigné pour préserver 14 habitats d’intérêt communautaire identifiés dans la DH, dont 4 sont d’intérêt prioritaire :

- les Tourbières hautes actives,
- les Forêts alluviales à Aulne glutineux et Frêne,
- les Forêts de pente ou de ravins à Érable et Tilleul, - les Formations herbeuses à Nard.

Ce site présente également 11 espèces ciblées par la DH dont 5 sont jugées très rares en France :

- la Loutre d’Europe (Lutra lutra), un mammifère appréciant les cours d’eau de l’Aubrac pour se nourrir et se reproduire,
- la Rosalie des Alpes (Rosalia alpina), un insecte bleu utilisant le bois mort des hêtraies du plateau pour se reproduire et s’alimenter,
- l’Écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes), une écrevisse dont les pattes sont fines et très claires qui peuple les petits ruisseaux à la limite entre les estives et les forêts,
- la Ligulaire de Sibérie (Ligularia sibirica), une fleur jaune « relique » de l’ère glaciaire,
- le Petit Botryche (Botrychium simplex), une toute petite plante de moins de 2 cm de haut.

 

Documents à télécharger:

Document d'objectifs - FR7300871

Lettre d'information N°1 - Avril 2015

 

ZSC Aubrac (Cantal)

La Zone Spéciale de Conservation « Aubrac » est mise en œuvre en application de la directive « Habitats » sur l’Aubrac cantalien. Ce site occupe une surface de 723 ha répartis 6 secteurs bien délimités répartis sur 6 communes.

Ce site a été désigné pour préserver 15 habitats d’intérêt communautaire parmi lesquels on retrouve essentiellement des habitats tourbeux et agropastoraux, ainsi que, plus marginalement, des écosystèmes aquatiques et de bords de rivière, des mégaphorbiaies, des landes et des hêtraies montagnardes. Cinq de ces habitats sont jugés prioritaires :

- les pelouses acidiphiles montagnardes riches en espèces correspondant aux estives à Nard raide (6230-4* et 6230-8*), 
les prairies de fauche de montagne (6520-1*), 
-
 les végétations des tourbières hautes actives (7110-1*), 
-
 les tourbières boisées (91D0-2*).

Dans ces habitats se développent 7 espèces d’intérêt communautaire :

- la Bruchie des Vosges et l’Hypne brillante, deux bryophytes pionnières des milieux tourbeux,
- le Fluteau nageant, espèce aquatique des eaux stagnantes oligotrophes, 
- le Lycopode en massue, fougère des landes tourbeuses, 

- l’Arnica des montagnes et la Gentiane jaune, fleurs des herbages d’altitude, 

- le Damier de la Succise, papillon des prairies humides, 

- la Loutre d’Europe, mammifère aquatique se nourrissant d’écrevisses et de poissons, 

- 2 amphibiens (Grenouille agile et Crapaud calamite) et 2 reptiles (Lézard vivipare et Lézard des murailles).

D’autres espèces rares sont présentes ou reste à rechercher.

Depuis le 1er juillet 2015, le site Natura 2000 Aubrac est porté par le Syndicat mixte de préfiguration du PNR de l’Aubrac, sur demande de la Communauté de Communes Caldaguès-Aubrac, précédent porteur du site. La présidence du comité de pilotage est assurée par Vital GENDRE, Maire de Saint-Rémy-de-Chaudes-Aigues. L’animation est réalisée par le Syndicat, conjointement avec le Conservatoire d’Espaces Naturels d’Auvergne, rédacteur du document d’objectifs (docob) et animateur historique du site.

Les actions menées sont :

  • la mise en place de mesures agro-environnementales et climatiques,
  • la mise en place d’un pâturage conservatoire sur le site du Puy de la Tuile, à l’étude avec l’ONF, le CBN Massif central, les élus et agriculteurs locaux,
  • la mise en place de contrats Natura 2000 pour divers travaux en faveur du site : arrachage de Spirée de Douglas,
  • le conseil des propriétaires locaux en faveur de la bonne gestion écologique du site,
  • des études sur les espèces d’intérêt communautaire des cours d’eau : Loutre d’Europe, Ecrevisse à pieds blancs,
  • le conseil aux porteurs d’études d’incidence.
 

ZSC Lot-Truyère-Goul

La Zone Spéciale de Conservation « Haute vallée du Lot entre Espalion et Saint-Laurent-d’Olt et gorges de la Truyère, basse vallée du Lot et le Goul » est mise en œuvre en application de la directive « Habitats » sur les rivières Lot, Truyère et Goul et leurs berges et sur les bas de versants de la vallée du Lot en amont d’Espalion (jusqu’à la limite du département de l’Aveyron). Ce site occupe une surface de 5 597 ha répartis sur 39 communes (dont 32 aveyronnaises et 7 cantaliennes).

Ce site a été désigné pour préserver 17 habitats d’intérêt communautaire parmi lesquels on retrouve des écosystèmes aquatiques et de bords de rivière, des mégaphorbiaies, des prairies (prairies de fauche, prairies humides), des pelouses et affleurement rocheux sur différentes roches (dalles siliceuses, sables), des landes et des boisements alluviaux ou de versant. Trois de ces habitats sont jugés prioritaires : 

- les pelouses sur sables alluviaux (6210-38*),
- les Aulnaies-Frênais alluviales (91E0-6*),
- les Saulaies blanches alluviales (91E0-1*).

Dans ces habitats se développent 7 espèces d’intérêt communautaire : 

- la Loutre d’Europe, mammifère aquatique se nourrissant d'écrevisses et de poissons,
- le Chabot, petit poisson vivant sur les fonds de graviers des ivière du site,
- 5 espèces de chauves-souris: le grand Murin, le petit Murin, le grand Rhinolophe, le petit Rhinolophe et le Vespertilion à oreilles échancrées.

D’autres espèces d’intérêt communautaire sont à rechercher notamment parmi les coléoptères saproxyplophages par exemple.

 Depuis le 1er janvier 2015, le site Natura 2000 Gorges de la Truyère (Aveyron) est porté par le Syndicat mixte de préfiguration du PNR de l’Aubrac. La présidence du comité de pilotage est assurée par Jean-Michel VERDU, adjoint au Maire d’Espalion. L’animation est réalisée par le Syndicat, conjointement avec Rural Concept, rédacteur du document d’objectifs (docob) et animateur de 2012 à 2014.

Les actions menées sont :

  • la mise en place de mesures agro-environnementales et climatiques,
  • la réalisation de mallettes-outils destinées aux élus ou aux professionnels du tourisme,
  • la mise à disposition d’une exposition itinérante,
  • la rédaction d’un guide sur les espèces exotiques envahissantes,
  • le conseil aux porteurs d’études d’incidence,
  • la réalisation d’une journée annuelle de nettoyage de rivière,
  • des formations,
  • des sorties nature.

 

Documents à télécharger:

Lettre d'information N°6 - Février 2016

 

ZPS Gorges de la Truyère (Aveyron)

La Zone de Protection Spéciale « Gorges de la Truyère » correspond à la mise en œuvre du réseau européen Natura 2000 sur ce territoire en application de la directive « Oiseaux ». Situé dans l’Aveyron, ce site occupe une surface de 16 681 ha répartis sur 14 communes. Il couvre les versants abrupts de la partie aval de la Truyère, ainsi que les rebords du plateau de l’Aubrac et du Carladez. Il est prolongé vers l’amont par un site Natura 2000 homologue dans le Cantal. Plus d’infos sur le site : http://www.paysdepierrefort.com/natura-2000_fr.html

Ce site a été désigné pour préserver 13 oiseaux d’intérêt communautaire : 

• deux rapaces rupestres : 

- le Faucon pèlerin, sédentaire nichant de février à avril et dont les jeunes s’envolent en mai ou juin, prédateur d’autres oiseaux tels que les pigeons, etc., 
- le Grand-Duc d’Europe, hibou sédentaire nichant précocement (hiver), prédateur généraliste,

• des rapaces forestiers : 

- l’Aigle botté, migrateur présent sur les gorges de la Truyère d’avril à septembre, nicheur dans les forêts de chênes ou de châtaigniers et prédateur généraliste chassant en milieux ouverts, 
- la Bondrée apivore, migrateur présent de mai à août, prédateur spécialisé dans les hyménoptères (insectes de la famille des bourdons, guêpes, abeilles, etc.), 

- le Circaète Jean-le-Blanc, migrateur présent sur le site de mai à août, il élève un unique jeune dans son nid placé généralement au sommet d’un Pin sylvestre, il est spécialisé dans la chasse des reptiles qui composent une écrasante majorité de son régime alimentaire, 

- le Milan noir, le plus fréquent des rapaces d’intérêt communautaire sur ce site Natura 2000, migrateur présent de fin mars à août, prédateur opportuniste, qui tend à se spécialiser dans la consommation des animaux morts, dont les poissons, 

- le Milan royal, sédentaire et prédateur généraliste, il connaît une forte régression en France depuis les années 1990, 

• deux oiseaux des landes : 

- le Busard Saint-Martin, rapace sédentaire qui niche au sol et chasse des petits mammifères en volant à quelques mètres du sol, 
- l’Engoulevent d’Europe, oiseau nocturne se cachant le jour et nichant à terre grâce à son plumage parfaitement mimétique, il chasse divers insectes volants au-dessus des milieux ouverts tels que les prairies et les landes, 

 deux passereaux agricoles : 

- l’Alouette lulu, sédentaire, nichant au sol dans les prairies ouvertes ou bocagères du site, insectivore diversifiant son régime alimentaire hivernal par des graines, 
- la Pie-grièche écorcheur, « rapace miniature » chassant majoritairement de gros insectes mais ne dédaignant pas à l’occasion des lézards, oisillons ou petits mammifères, fréquentant les prairies bocagères pâturées de mai à août avant de partir en migration,

• deux picidés (famille des Pics) : 

- le Pic mar, sédentaire, insectivore fréquentant les vieux arbres où il trouve sa nourriture et où il niche, 
- le Torcol fourmilier, au plumage brun et gris tacheté, migrateur, insectivore se nourrissant au sol de fourmis et autres insectes et larves, nichant dans des cavités qu’il trouve dans les haies des bocages ou bien dans les vergers.

Les gorges de la Truyère constituent un territoire d’importance majeure pour la nidification de ces oiseaux mais aussi pour la migration de ceux qui se déplace vers l’Afrique subsaharienne pour l’hiver. Il s’agit en effet d’un couloir de migration majeur au sein du Massif central.

Depuis le 1erjanvier 2015, le site Natura 2000 Gorges de la Truyère (Aveyron) est porté par le Syndicat mixte de préfiguration du PNR de l’Aubrac, dont le Président, André VALADIER, assure la présidence du comité de pilotage. L’animation est réalisée par le Syndicat, conjointement avec la LPO Aveyron, rédacteur du docob et animateur de 2012 à 2014.

Les actions menées sont :

  • la mise en place de mesures agro-environnementales et climatiques,
  • le conseil aux activités qui risquent d’impacter les oiseaux : travaux d’entretien des lignes électriques, travaux sur les barrages hydro-électriques, manifestations sportives de pleine nature (randonnées, sports motorisés, etc.),
  • suivi des populations d’oiseaux pour effectuer un conseil adapté,
  • conseil aux porteurs d’études d’incidence,
  • formations diverses,
  • sorties nature.

 

Documents à télécharger:

Lettre d'information N°6 - Février 2016